Les Transmissions « Meta-Arc »

4e partie

à travers Michela Christi

1e partie     2e partie      3e partie

_________________________________________________________________

 

Salutations de Metatron et Arcturus à travers Kayla en ce jour. Nous sommes heureux de partager d’autres réflexions avec vous aujourd’hui.

VOUS ETES FRANCHEMENT DESEQUILIBRES

 

Il y a une énigme, un paradoxe tissé dans la trame de votre vie.

 

Vous êtes un créateur. Afin de créer, vous choisissez. Vous sélectionnez votre expression et votre expérience parmi tous les potentiels de la création. Pouvez-vous choisir si vous n’avez pas de préférences? Et si vous avez des préférences, pouvez-vous vous y tenir et néanmoins aimer chacun et chaque chose tels qu’ils sont, sans aucune condition? L’amour inconditionnel implique la neutralité divine et compatissante. La neutralité ne choisit pas. Tout « permettre » totalement équivaut à disparaître du monde de la forme.

Le potentiel omniprésent et infini de l’Etre – l’Esprit, Dieu/Déesse, Tout Ce Qui Est, le « Un » –  prend dans notre univers ses nombreuses formes à travers tous nos choix. Si jamais vous cessez de faire des choix, vous ne serez plus focalisés sur une part quelconque de la création. Vous serez alors véritablement « chez vous » de nouveau, et votre expérience sera celle de tout en même temps. Mais personne ne fera l’expérience de vous. Ou seulement en des instants mystiques, d’une certaine façon, mystérieusement… tel que leur plus profond sentiment d’être. Car vous aurez rejoint l’essence de Tout Ce Qui Est.

Pas encore prêts à le faire? Pas de problème. Nous avons tout le temps dans l’univers.

 

Afin de résoudre une cause majeure de souffrance parmi les hommes, il serait néanmoins raisonnable de reconnaître que vous êtes des créateurs par nature, des sélecteurs par nature, conditionnels par nature. Les parents font de leur mieux pour leurs enfants, les partenaires se donnent l’un l’autre autant que possible; et cette horrible personne qui vous a si mal traité a servi un but dans votre évolution. Votre objectif premier dans cet univers est de créer, maintenir et évoluer ce que vous êtes, et non pas de vivre heureux à jamais avec une personne particulière.

 

Si vous voulez que quelqu’un vous aime d’une manière spécifique, nous suggérons que vous SOYEZ cette personne. Décidez ce que vous voulez et donnez-le à vous-mêmes. Il est vraisemblable que tous les gens dans votre vie sont (tout comme vous) en train d’essayer d’obtenir des autres ce dont ils pensent avoir besoin, et (tout comme vous) ils n’y arrivent pas et craignent qu’ils ne recevront pas ce qu’il leur faut. Au lieu de tout cela, donnez-vous à vous-même l’amour, l’approbation, l’admiration, l’appréciation et le soutien. Lorsque vous satisfaites vos propres besoins, lorsque vous prenez grand soin de vous et que vous ne cherchez plus quelque chose de spécifique chez les autres, alors vous pouvez vous relier à chacun, à un niveau intuitif « plus élevé ». C’est alors que vous ressentez et que vous servez naturellement ce qui est le meilleur pour chacun et que vous faites ressortir le meilleur chez les autres aussi. Ne faites pas attention à ceux qui vous disent « égoïstes », car ce sont généralement des personnes qui ne prennent pas bien soin d’elles-mêmes, et qui veulent peut-être quelque chose de vous. Dites-leur que Dieu est partout, non seulement chez les autres, mais aussi chez soi-même. Le véritable équilibre signifie à la fois le service à soi et le service aux autres, dans une mesure égale, selon le besoin perçu.

 

Si vous ne vous donnez pas d’amour inconditionnel, vous le rechercherez toujours ailleurs, chez d’autres êtres humains, où il ne peut pas se trouver... ou vous renoncerez aux autres humains et vous vous achèterez un chien, qui semblera vous aimer ainsi (mais vous ne trouverez pas cela satisfaisant à la longue). Donc : soyez bons pour vous-mêmes, tendres et aimants. Soyez pour vous-mêmes ce que vous souhaitez que les autres soient pour vous.

 

Comprenez qu’il n’y a qu’un seul vous, et vous avez l’ADN et les empreintes digitales pour le prouver. Et il en va de même de chaque autre être humain: chacun de vous est unique, chacun de vous est spécial, chacun de vous est une « star » et cela en proportion égale: une incomparable culmination de choix qui vous ont amenés à travers un stupéfiant voyage de découvertes, croissance et évolution.

 

Si vous n’êtes pas satisfaits de quelque chose dans votre vie, il serait utile d’y penser comme au résultat de choix passés, et donc comme étant déjà dans votre passé. Le décalage temporel inhérent à la création sur terre permet que les choix soient soutenus et complètement revus avant que vous ne choisissiez de nouveau. Remarquez comment certains de vos choix (faits pour de bonnes raisons) créent des résultats inattendus, et considérez les aboutissements déplaisants comme la révélation de ce que vous choisirez de modifier ensuite.

 

Afin de vous approcher de votre esprit divin et lui ressembler, il est important de vous aimer vous-mêmes inconditionnellement, en tant que centre d’une sphère de création unique. Il n’y a qu’un seul « autre être significatif » qui vous aime toujours ainsi (qui l’a toujours fait et le fera toujours): Celui que nous sommes tous, ensemble. Dieu, l’Esprit, l’Etre nous permet et nous rend capables d’être tout ce que nous choisissons d’être... parce que le « Un » que nous sommes tous s’exprime et s’expérimente LUI-MEME EN TANT QUE NOUS... dans toute notre merveilleuse multiplicité, complexité et chaos apparent.

 

Expression et Expérience

Il paraît difficile à beaucoup de gens de comprendre et d’accepter qu’ils choisissent, chaque instant de chaque jour, la manière dont leur vie s’exprime.

C’est une chose de dire : « Veuillez remarquer que vous n’êtes pas vos pensées, vos émotions, vos perceptions... parce que, lorsqu’elles s’en vont, vous êtes toujours là. » Qu’ils méditent ou pas, la plupart des gens peuvent se relier à « l’observateur intérieur ». Ils peuvent même entrer en matière sur le fait qu’ils choisissent constamment ce sur quoi ils portent leur attention... et que ce sur quoi ils focalisent, minute après minute, devient leur expérience. Vous interprétez une pensée fugitive tout en restant vigilants au bruit des gens et des voitures, en balayant des yeux le trottoir devant vous tout en avançant, en vérifiant un feu rouge, en remarquant une odeur désagréable – vous branchant aux émissions de couleur, son, rythme et mouvement, tout ce que vous pouvez ressentir à l’intérieur et à l’extérieur de vous. Vous fonctionnez donc comme une station de réception, n’est-ce pas?

Mais vous opérez comme une station émettrice aussi. Vous générez constamment des émissions, même lorsque vous êtes parfaitement tranquilles.

 

L’énergie rayonne. En tant que chaleur, en tant que lumière, dans n’importe quelle forme dans cet univers, l’énergie rayonne de sa source vers l’extérieur. Même en tant que VOUS, l’énergie garde sa nature de base et émet. Elle émet le modèle que le sélecteur de chaque forme choisit dans le moment présent, et envoie continuellement ce modèle au reste de l’univers. Chaque être exprime qui il est tout le temps, émettant son schéma-signature à partir de son centre et vers l’extérieur, dans toutes les directions.

 

Vous émettez un schéma tonal complexe à travers l’éventail de fréquences qui correspondent à tous vos choix « antérieurs », 24 heures par jour. Lorsque vous ressentez la présence silencieuse de quelqu’un derrière vous et que vous savez de qui il s’agit sans consciemment voir, entendre ou humer quoi que ce soit, dans ce cas vous avez interprété un schéma familier. Vous n’avez pas besoin de vos sens physiques pour vous brancher aux émissions. Mais lorsque vous voyez en effet avec vos yeux, entendez avec vos oreilles ou sentez avec votre nez, vous utilisez chacun de ces sens comme un sélecteur. Les sélecteurs ont évolué dans chaque espèce de manière à percevoir dans un éventail de fréquences choisies. Les chiens perçoivent une gamme plus large dans l’amplitude correspondant à l’odorat que vous ne le faites, et les chauves-souris sont équipées pour recevoir des sons dans des fréquences que les oreilles humaines ne peuvent pas entendre. Vous ne voyez pas les émissions lumineuses au-dessus ou au-dessous de la fréquence qui correspond aux couleurs de l’arc-en-ciel, même si les scientifiques mesurent et décrivent comment l’infrarouge ou l’ultraviolet pourrait apparaître à quelqu’un qui pourrait les voir.

 

Remarquez que lorsque vous fermez les yeux, vous voyez encore. Vous visualisez, plus ou moins clairement, chaque fois que vous vous rappelez une scène ou vous vous plaisez dans une fantaisie. Certaines personnes ont des visions pendant leur méditation ou leur prière, d’autres lorsqu’elles se rappellent leurs rêves. Très peu de gens peuvent garder leurs yeux ouverts et pourtant remplacer ce qu’ils voient autour d’eux par une scène d’un autre temps ou d’un autre lieu. Et vous ne le voudriez pas non plus, étant donné que cela demande un contrôle phénoménal de cette capacité afin d’éviter de mettre le chaos dans votre vie quotidienne. Mais presque tous les humains sont capables de visualiser assez clairement avec leurs yeux fermés.

 

Il en va de même de l’ouïe. Certaines personnes sont hautement auditives et vous diront qu’elles entendent de la musique dans leur tête... bien que peu admettent entendre des voix! Celles qui entendent des voix imaginent souvent qu’elles « se parlent à elles-mêmes ». Mais la fréquence que vous entendez avec vos oreilles ne constitue qu’un segment minuscule de l’amplitude que le son utilise pour se propager… évidemment, sinon vous pourriez vous brancher à des émissions radio sans radio et écouter ce qu’un ami veut vous dire sans utiliser le téléphone.

 

Le fait d’entrer dans une vie humaine place vos paramètres. Vous pouvez rester dans cet gamme pré-défini et simplement profiter de l’intensité perceptuelle sur terre. Mais vous pouvez aussi expérimenter la perception dans d’autres fréquences. En fait vous percevez déjà dans d’autres fréquences. Simplement vous ne le comprenez pas de cette manière. Beaucoup de gens acceptent maintenant l’idée que vous avez tous ce qui est communément appelé le sixième sens, également connu sous les noms d’intuition, de sensation viscérale ou de prémonition. Les perceptions dans ces fréquences vous donnent un sens de savoir sans savoir comment vous savez.

 

Mais que pensez-vous qu’il se passe lorsqu’une idée vous traverse l’esprit? La plupart des gens croient que leur cerveau génère des idées en mots que seuls eux peuvent « entendre » ou peut-être en images qu’ils sont seuls à « voir ». Ils préfèrent qu’il en soit ainsi d’ailleurs. Si on leur donnait le choix de partager librement toutes leurs pensées, leurs phantasmes et leurs rêves, la plupart des gens refuseraient. Les êtres humains ont des exigences de confidentialité.

 

De notre point de vue, la pensée est un « sens », semblable à la vue et à l’ouïe. En fait, vous percevez des pensées émises par d’autres mais, pour vous, ce sont les vôtres. Votre sens de la pensée fait des sélections parmi toutes les idées dans les flots de pensées qui traversent votre sphère, et qu’il perçoit comme des schémas codés. Ces modèles sont interprétés au fur et à mesure qu’ils passent à travers le filtre de votre esprit, garantissant ainsi que vous les percevrez dans un langage que vous comprenez : linguistique, visuel, mathématique, symbolique, musical, kinesthésique, ou une combinaison de ceux-ci. Vous émettez des pensées aussi, mais vous le faites en interaction continue avec les pensées émises par d’autres. Beaucoup d’entre vous ne sont pas conscients de l’échange en cours… que l’un de vos soi (une partie de vous) conduit dans la gamme de fréquences où les formes-pensée circulent. Vous ne percevez que le résultat.

 

Vos émotions ne vous appartiennent pas toutes non plus. Lorsque vous êtes en colère ou triste, vous ressentez une émotion, mais l’avez-vous émise ou reçue? L’énergie prend la forme de l’émotion dans une gamme de fréquences spécifique, et vous êtes capables à la fois d’émettre et de recevoir les émotions dans cette gamme. Les pensées, croyances, mémoires, perceptions, compréhensions et malentendus peuvent déclencher des émotions qui restent bloquées dans votre sphère parce que vous avez refusé de les ressentir complètement à un moment donné. Mais vous pouvez aussi ressentir une émotion qui est vécue ou retenue dans la sphère de quelqu’un que vous connaissez, d’un inconnu qui passe ou des gens qui ont regardé les nouvelles ce jour-là. Que vous en soyez ou non conscients, votre sens de l’émotion choisit, interprète et vous permet de ressentir ces schémas. La crainte, la haine et la colère transmettent dans la partie plus basse (plus lente) de cet éventail de fréquences, les émissions de la partie moyenne comprennent la frustration ou l’ennui, et la partie haute (rapide) contient des émotions comme l’enthousiasme, l’extase et la béatitude.

 

Vos sens de la pensée et de l’émotion sélectionnent et interprètent pour vous, selon votre schéma-signature unique, se basant sur toutes les « charges » négatives ou positives retenant des modèles semblables dans votre sphère. Si votre véritable attitude intérieure à l’égard d’une pensée ou émotion est neutre de manière compatissante et divine, la « permettant » inconditionnellement, cette pensée ou émotion vous traversera sans aucun effet d’aucune sorte.

 

La plupart d’entre vous n’a pas encore choisi de vous rappeler de cela à propos de vous-mêmes. Si vous le faisiez, chacun saurait toujours ce que tous les autres pensent et ressentent. Vous ne cacheriez ni ne réprimeriez plus les émotions ou les idées. Ainsi vous ne pourriez pas faire plaisir aux autres, obtenir de l’approbation ou vous conformer à des situations que vous trouvez inacceptables. Vous ne pourriez pas vous insensibiliser pour éviter un conflit déplaisant, et il n’y aurait aucune pulsion intérieure qui vous pousserait à faire des choses dont vos parents, votre famille, vos amis ou l’église estiment que vous ne devriez pas les faire. Vous ne seriez plus partagés.

 

Les êtres humains utilisent différents mots pour parler de domaines qu’ils ne perçoivent pas ou très confusément. Les psychologues parlent du subconscient et de l’inconscient ou de l’inconscient personnel et collectif; les religions postulent l’existence des paradis, enfers et niveaux entre deux... qui semblent tous être derrière un « voile » à travers lequel vous ne pouvez pas voir. De notre point de vue, pour entrer dans la forme physique et y fonctionner, vous avez appris à focaliser la conscience à l’intérieur d’un choix étroit qui restreint ce que vous définissez maintenant comme réel. Certains d’entre vous sont maintenant en train d’apprendre à percevoir dans un éventail plus large et à envisager une définition plus large de la réalité. Comme toujours, vous êtes celui/celle qui définit la sienne.

 

Vos domaines subconscient et inconscient sont habités par d’autres êtres, d’autres « soi » ou parties de vous. L’énergie rayonne à travers leurs schémas-signatures également, créant des configurations de son et rythme, lumière, forme et couleur, dans un éventail de fréquences différent du vôtre. Ils n’ont donc pas de forme physique dans votre réalité actuelle, et vous ne les percevrez pas, à moins que vous ne choisissiez d’entretenir cette possibilité et de permettre à votre éventail de s’élargir. Beaucoup de gens choisissent maintenant d’essayer cela…. Pourquoi pas? C’est une aventure. Vous n’avez besoin d’aucun don ni de qualification en particulier. Dans cette ère spéciale, cela ne demande plus de nombreuses années de discipline non plus. Vous n’avez pas besoin d’étudier dans une école, tradition ou groupe spécifique, et encore moins sous l’autorité d’un maître, gourou ou enseignant (autoproclamé). Tout ce qu’il faut c’est l’ouverture, la patience et la volonté de suivre votre propre guidance et discernement intérieurs.

 

Peut-être avez-vous déjà reconnecté avec davantage de ce que vous êtes? Dans cette transmission, nous vous considérant en tant que créateurs d’expression, une expression unique. Chaque être humain, chaque animal, chaque plante, chaque flocon de neige est unique, différent de tout autre. Et pourtant, ensemble, nous sommes tous Un parce que nous choisissons tous dans le même ensemble de potentiels. L’ensemble complet de potentiels existe partout, tout en même temps, à l’intérieur de vous et à l’extérieur de vous, à l’intérieur et à l’extérieur de chacun et de chaque chose à chaque instant. Chaque minuscule segment du tout contient tous les potentiels de l’entier... tout en exprimant une seule, une unique synthèse évolutive dans la forme, dans le choix de modèles cristallins qui sont actuellement activés et manifestés dans chaque sphère.

 

Voyons comment nous faisons tous cela.

 

Tout commence dans le domaine de l’imagination

La création commence avec l’imagination. Le désir et la capacité d’imaginer sont les facteurs de l’équation que nous appellerions initier, dans son sens de lancer/démarrer. Ceci constitue un tiers de votre pouvoir créateur. Les autres deux tiers sont maintenir (soutenir, alimenter) et évoluer (développer ou changer). Ceux d’entre vous qui ont étudié l’astrologie reconnaîtront que ces facteurs correspondent aux modes dits cardinal, fixe et mutable dans les cycles de création de votre système solaire.

 

L’imagination démarre la forme dans un éventail de fréquences auquel les humains ont un accès conscient. Toutes les formes dans cet univers sont d’abord créées en tant que formes-pensée imaginées, et beaucoup ne vont pas plus loin. Si vous deviez quitter votre corps et focaliser votre conscience entièrement dans le domaine de l’imagination, tout ce que vous penseriez se manifesterait instantanément, vous l’expérimenteriez comme réel, mais dès que vous cesseriez d’y penser, cela se dissoudrait et retournerait à l’état de potentiel. Seules les imaginations qui sont maintenues comme formes-pensée et répétitivement activées, dans une sphère individuelle ou collective, « descendent » du domaine des rêves et des fantaisies afin d’entrer dans des ensembles de fréquences plus bas (plus lents). Toutes les réalités s’interpénètrent, mais certaines sont beaucoup plus soutenues que d’autres.

 

Vos rêves nocturnes semblent réels parce que, lorsque votre corps dort, vous dirigez provisoirement votre attention vers l’éventail de fréquences dans lequel les rêves prennent forme. La plupart d’entre vous les oublient très rapidement parce que, lorsque vous vous réveillez, vous vous re-focalisez très vite et intensément dans la fréquence physique. Pleinement éveillés, vous êtes focalisés dans l’éventail de la matière, où la manifestation et la dissolution prennent beaucoup plus de temps parce que toutes les formes sont « ralenties » et constamment alimentées. Par conséquent, le deuxième facteur de création sur terre est de maintenir les produits de l’imagination avec assez de force, assez de cohérence et assez longtemps pour qu’ils puissent trouver un moyen de s’infiltrer et prendre forme physique.

Toute pensée qui ne fait que traverser votre esprit ne créera rien du tout dans votre sphère. Seule la pensée alimentée et maintenue crée. C’est la raison pour laquelle certaines personnes disent que vous créez avec vos croyances. Qu’est-ce qu’une croyance sinon une idée dans laquelle vous avez tant investi que vous l’alimentez tout le temps? Votre focalisation fixe les idées que vous considérez comme absolument vraies : des concepts que vous avez appris et que vous n’avez jamais remis en question. Ces croyances s’installent de manière permanente dans les domaines subconscients de votre esprit, attirant continuellement les moyens et les méthodes de se cristalliser dans la forme. Plus la croyance est absolue, plus il vous sera difficile de réaliser que ce n’est qu’une idée, que vous pourriez maintenant choisir de faire évoluer.

La neutralité divine et l’équilibre parfait ne créent pas de formes soutenues. Le déséquilibre a créé tout ce que vous voyez autour de vous. La charge positive ou négative fixe, et ainsi alimente pour un temps, tout ce qui peut être imaginé, à travers le catalyseur que vous appelez émotion.

 

Comme vous le savez, l’émotion (énergie en mouvement) est fluide par nature. L’association de l’émotion à l’eau, en mythologie et symbolisme, suggère que les êtres humains aient senti depuis longtemps où réside l’émotion. La vie sur terre est basée dans l’eau. Ceux qui habitent hors de l’eau transportent l’océan en eux. Le corps humain est constitué principalement d’eau. Il peut ainsi sembler naturel que la charge émotionnelle, agissant comme un catalyseur facilitant la création dans la forme matérielle sur terre, soit transportée par l’eau. La charge fixe le schéma de toute pensée présente simultanément.

 

Si vous laissez une émotion vous traverser, elle ne cristallisera rien. Mais si vous la tenez, l’entretenez, y résistez, la combattez ou l’alimentez de n’importe quelle autre manière, la charge installera un schéma en vous. Cela se passe exactement de la même façon, que l’émotion soit, selon vous, positive ou négative. Lorsqu’une pensée maintenue (croyance, attente, jugement, intention, ambition, obsession) déclenche ou accompagne une émotion, la charge émotionnelle installe le schéma cristallin correspondant dans toute l’eau à l’intérieur de votre sphère : dans votre corps physique et autour de lui, puisque l’eau s’évapore de vous dans l’air constamment. Tout modèle répétitivement posé de cette façon restera dans votre corps et agira comme un gabarit (maquette, matrice) exprimant son schéma en tant que partie du vôtre.

 

Toute forme, tout modèle, que vous le voyiez chez vous ou chez les autres, à la maison, au travail ou dans les nouvelles... si vous pouvez le voir d’une manière ou d’une autre c’est qu’il était chargé dans la sphère de quelqu’un de manière assez persistante et assez longtemps pour descendre dans la matière. S’il est là maintenant, il continue d’être chargé ou il n’a pas encore eu assez de temps pour se dissoudre. Si vous le remarquez, il a de l’importance pour vous. Tout ce qui n’a pas de sens pour vous et ne déclenche pas la moindre réaction émotionnelle, n’a aucune réalité dans votre sphère... alors vous ne le remarquez pas du tout.

 

Vous pouvez apprendre beaucoup sur le splendide monde cristallin de l’eau et ses modèles dans les photos que beaucoup d’entre vous avez vues, publiées par le chercheur japonais (Masaru Emoto). D’autres recherches vous en montreront davantage, dans les années à venir, sur le catalyseur de la création dans la forme matérielle.

 

Ici nous répéterons simplement un point essentiel: dans le domaine de la matière, il n’y a rien de mal à une charge négative. Au contraire. Deux pôles opposés permettent à la création d’initier une forme matérielle. Le négatif et le positif sont créés ensemble, d’un coup, et n’existent qu’en relation l’un à l’autre. Si l’un cessait d’exister, l’autre en ferait autant. Les agents de la création se mettent au travail, peu importe de quel côté le déséquilibre fait pencher la balance.

 

Il en va de même de la lumière et de l’ombre. Une victoire sur l’ombre rendrait impossible la vision de la lumière. Comme à l’extérieur, ainsi à l’intérieur: l’ombre et la lumière métaphoriques reflètent leur contrepartie matérielle. Dieu est toujours du côté de chacun puisque l’essence de la création reste éternellement neutre. Par conséquent, dans notre perspective, votre objectif spirituel ne peut pas être de conquérir l’ombre ou même d’envoyer la lumière à tout ce que vous méprisez. La dualité est un terrain de jeu si parfait pour ceux qui souhaitent créer dans ses potentiels (et donc tant d’êtres l’alimentent) que vous ne pourriez pas la détruire, malgré tous vos efforts. Et pourquoi le voudriez-vous? Vous évoluez non pas afin de détruire la dualité, mais afin de la transcender. Transcender signifie « s’élever au-dessus ou aller au-delà des limites de », et vous le faites en prenant une certaine distance et en élargissant votre point de vue.

 

Le mal ne peut pas être vaincu. Il est une forme de déséquilibre qui ne cessera jamais d’exister en tant que potentiel. C’est le sens même du libre arbitre. Il n’y aurait aucune liberté si l’on pouvait enfermer pour toujours « les forces obscures » et empêcher tous les êtres de choisir cette expression-là à jamais. Mais vous allez au-delà du mal lorsque vous vous rappelez qui vous êtes et lorsque vous reconnaissez que vous êtes (avez toujours été, serez toujours) libres de choisir comment vous exprimez et expérimentez la création... et que tous les autres le sont également.

Vous n’avez pas besoin de comprendre les choix qu’ont fait ceux qui expriment une synthèse différente de la votre, dans le vaste ensemble de potentiels qui existent dans toutes nos sphères. Vous pouvez honorer et respecter tout choix que chacun fait. La vie sur terre procède selon des accords, dont certains dans des royaumes qui sont actuellement en dehors des possibilités d’accès de votre conscience de tous les jours. Beaucoup de ces accords permettent à ceux qui ont fait des choix apparemment divergents, de créer ensemble dans un système. Vous choisissez encore, pour de bonnes raisons, de ne pas accéder aux accords des autres, de sorte que vous ne pouvez pas comprendre facilement leurs choix, si vous y arrivez du tout. Il vous est souvent assez difficile de comprendre vos propres choix.

Le fait de nous souvenir et de célébrer notre libre choix divin et éternel nous permet à tous de dissoudre notre attachement à l’idée de vaincre « le côté obscur ». C’est ainsi que nous déchargeons le mal de nos sphères. D’abord, nous le situons dans notre passé et le voyons comme un outil qui nous a permis d’expérimenter un grand choix d’expériences intenses. Des expériences intenses, fixes, soutenues… clarifient, pour chacun de nous, ce que nous souhaitons créer par la suite.

Dans notre perspective, les sociétés avancées conservent d’une manière sacrée la dualité éthique (la bataille entre le bien et le mal) dans la mythologie, les récits épiques et d’autres oeuvres d’art. Les membres de ces sociétés dépeignent les potentiels du drame, de l’horreur et de la barbarie, mais ils les voient comme des erreurs de leur propre passé que personne ne choisirait plus. Eux aussi porteraient La guerre des étoiles ou Le seigneur des anneaux à l’écran, pour vivre le grand affrontement comme une histoire située dans un temps qui ne retournera jamais dans leur sphère. Lorsque les humains sur toute cette terre transcenderont enfin la dualité, ils ne choisiront plus de faire l’expérience de la bataille sous aucune autre forme.

 

Positif ou négatif : l’un ou l’autre fera l’affaire

Rapide résumé : la création ne se soucie pas qu’une idée, un rêve ou une fantaisie soit continuellement chargée avec une émotion positive ou négative, puisque l’une ou l’autre amènera la pensée dans la forme matérielle. Tel qu’une balance, l’équilibre net donne au champ, par ailleurs neutre de notre univers, le moyen de décider quoi amener dans l’existence matérielle. Si vous voulez quelque chose avec force, votre désir positif charge cet imaginaire, mais si quelqu’un d’autre, même vaguement connecté au même potentiel, y crée une charge négative, l’effet de contrepoids peut ralentir la manifestation. Des désirs ou croyances contradictoires (tenus par une ou plusieurs êtres) s’équilibrent, rendant impossible la réponse du champ.

 

Le déséquilibre se manifeste. L’équilibre rétablit le potentiel. Donc le fait que vous soyez maintenant dans la forme physique signifie que vous êtes franchement déséquilibrés. Déséquilibrés de manière fascinante, assez intensément pour créer une vie dans la forme matérielle.

 

Tout jugement, préférence ou condition que vous demandez pour votre propre sérénité et votre joie apparaîtra dans votre vie, mais pas nécessairement dans la forme que vous attendiez consciemment. Cela peut même se manifester dans une forme que vous ne reconnaîtrez pas ou que vous n’apprécierez pas du tout. Par exemple, comme certaines personnes le savent maintenant, tout désir que vous imaginez clairement placé dans votre futur y restera toujours ainsi : dans votre futur. Et tout ce que vous êtes certains de ne PAS vouloir, tout ce qui vous préoccupe, que vous ne pouvez supporter ou dont vous rêvez de vous débarrasser, tout ce que vous sentez faux dans le monde et qui doit changer... toutes ces conditions sur lesquelles vous continuez à focaliser... resteront également dans votre vie.

 

Le fait de désirer quelque chose qui n’est PAS ici maintenant ou celui de refuser quelque chose qui EST ici maintenant sont tous les deux des formes de résistance. Vous avez certainement entendu l’expression « Ce à quoi vous résistez, persiste. » La résistance crée la friction, ralentissant ainsi votre taux vibratoire, augmentant votre densité et solidifiant tout ce que vous gardez dans votre sphère. Comme en bas, ainsi en haut : les objets en mouvement ralentissent lorsqu’ils produisent friction ou turbulence, et résistent ainsi au passage à travers l’air, l’eau ou ce dans quoi ils se trouvent à ce moment-là. Friction, résistance, turbulence : sentez-vous la tension dans ces mots? Une certaine rigidité de l’attention est requise afin d’être créateur dans le monde de la forme.

 

Plus vos jugements et préférences sont inflexibles et obsessionnels et plus la charge est puissante. Vos sens utilisent votre schéma-signature pour sélectionner parmi tous les potentiels. Donc vous projetez dans le monde autour de vous les modèles que vous gardez dans votre sphère, et vous les voyez là, « à l’extérieur ». Les autres vous les renvoient en miroir. En toute chose et en tous lieux vous percevez la réflexion de vos propres schémas fixes.

 

Pour utiliser une autre métaphore : la terre, comme vous le savez, a un champ électromagnétique. Et vous aussi. Vous êtes faits des mêmes éléments que la terre, et vous agissez comme un aimant. Vous attirez dans votre perception et votre expérience tout ce qui est « chargé » pour vous. L’univers grouille de potentiels que vous pouvez percevoir : plantes, animaux, minéraux… pensées, sentiments, intuitions, sensations… mais vous seul réagissez, répondez, retenez ou même remarquez ceux qui sont maintenus dans le cristal liquide émetteur-récepteur que vous êtes, à travers une charge positive ou négative qui les fixe répétitivement dans votre sphère.

 

Vous accomplissez la création inconsciente tout le temps, puisque vos croyances créent votre réalité. Créer dans le monde physique de manière consciente est une autre histoire... un autre travail en cours pour certains d’entre vous en ce moment. Les livres et les cours abondent sur le sujet, et votre guidance intérieure peut vous amener à l’un d’eux afin de servir votre évolution. Néanmoins, si vous lisez ceci, il est possible que vous essayiez de créer un plus grand équilibre dans votre vie, en pratiquant davantage « l’inconditionnalité » et en avançant vers la neutralité divine. Si cela est vrai, nous pouvons peut-être vous offrir quelques suggestions.

 

D’abord, il serait utile d’apprécier le domaine de création dans lequel vous êtes actuellement – un domaine hautement soutenu, intense, à mouvement lent – pour les objectifs qu’il sert. Il vous permet d’annuler ce que vous avez commandé, chaque fois que vous commencez à imaginer quelque chose pour ensuite réaliser qu’après tout, vous ne souhaitez PAS avoir cette chose dans votre vie. Renoncez à la pensée, laissez l’émotion s’en aller, et le résultat imaginé restera dans le monde des rêves... ou des cauchemars : le même monde! Et tout aussi important, il vous permet d’entreprendre une révision attentive et profonde des choix que vous maintenez dans votre synthèse actuelle. Sur terre, et en tant que terre, vous êtes capables de profiter pleinement (et peut-être de relâcher, de libérer) les aspects que vous trouvez positifs, et de reconsidérer (et peut-être permettre d’exister) les aspects que vous trouvez négatifs. Alors reconnaissez que vous êtes déjà maintenant dans un processus d’évolution vers un plus grand équilibre.

 

La plupart des êtres humains n’essaient pas de trouver l’équilibre en travaillant « de l’intérieur » ou en relâchant toutes les réactions émotionnelles, celles qui paraissent positives autant que celles qui paraissent négatives. La plupart d’entre vous cherchent à relâcher seulement les négatives. Mais ceux d’entre vous qui fluctuent entre les deux pôles pourraient envisager de refuser gracieusement les hauts les plus hauts, étant donné que ceci contre-balancerait et empêcherait les bas les plus bas.

 

Si vous êtes frappé d’une émotion négative récurrente, il y a de multiples méthodes qui peuvent vous aider. Etant donné ce que nous avons dit jusqu’ici, cela ne devrait pas vous surprendre si nous nous faisons l’écho de ceux qui recommandent de déplacer l’attention. Vous ne pouvez pas contrer une charge négative en blâmant, en vous plaignant, en boudant ou en vous lamentant, ce qui ajouterait encore de la charge négative à votre confusion.

 

Tout d’abord, ressentez l’émotion, respectez-la comme un reflet de votre vérité, car tout ce qui a pu vous faire sentir ainsi est inacceptable pour vous. Ne combattez pas et ne réprimez pas ce sentiment, car toute tentative de l’éliminer ou d’y résister le feront persister à un niveau subconscient, d’où il est certain de remonter.

 

Au lieu de cela, et dès que vous le pouvez, détournez votre attention. Regardez quelque chose d’autre, quelque chose juste à côté, que vous ressentez comme positif. Ne niez pas que votre réaction négative soit là, mais permettez à autre chose d’être là aussi. Un dessin animé, un film drôle, une promenade dans le parc, quelque chose que vous trouvez beau ou drôle, que vous aimez et sur lequel vous pouvez focaliser pour un moment, ajoutera une charge positive à la masse négative. Cela commencera à la neutraliser. Au fur et à mesure que vous déchargerez votre sphère, petit à petit, votre bien-être naturel reviendra.

 

La fin d’une série de films que beaucoup d’entre vous ont aimée (la trilogie Matrix) symbolise  une annulation de cette nature. L’anomalie positive (Neo) attirait constamment l’anomalie négative (M. Smith), mais aucun des deux ne pouvait jamais gagner la bataille. Lorsque Neo permit à M. Smith d’essayer de prendre le pouvoir sur lui, le positif fut interpénétré par le négatif : ils fusionnèrent, s’annulèrent et tous deux disparurent. De manière semblable, la charge émotionnelle positive peut fusionner avec tout négatif en vous, le neutraliser et restituer l’équilibre naturel.

 

Le fait de porter votre attention vers quelque chose que vous appréciiez ne dissoudra pas la situation que vous trouvez inacceptable, mais simultanément faire l’expérience de son contraire vous apportera un certain détachement et vous permettra de voir que vous avez des options. Vous n’êtes jamais piégé dans aucun schéma, peu importe combien il peut sembler inconscient. Vous êtes toujours libres de choisir différemment cette fois-ci. Vous pouvez laisser l’émotion venir avec vous, dans une nouvelle direction. Si vous ne pouvez pas agir de manière pertinente dans le domaine physique, choisissez une expression différente. Certaines personnes amènent l’émotion dans le domaine mental, l’utilisant ainsi pour créer compréhension et sens, qui ajoutent une charge positive à leur sphère. (Pour d’autres, l’analyse ne fait que les faire tourner dans les mêmes spirales négatives.) Certains sont capables de canaliser l’émotion dans l’expression créative, ajoutant la charge positive du talent artistique qui transforme, alors que d’autres peuvent l’amener dans le domaine de l’imagination, utilisant les potentiels positifs visualisés pour contrebalancer la négativité.

 

Reconnaître que quelque chose est encore chargé pour vous, mais que vous pouvez commencer à le décharger en y ajoutant une petite dose de ce qui semble être son contraire : voilà le début de la fin de la dualité. Et souvent, le principe homéopathique s’y applique, étant donné que vous devez déclencher et permettre à la charge négative d’être présente, en vous poussant ainsi à répondre par une charge positive, et par-là réussir à la contrebalancer. Même lorsque quelque chose se répète et que vous découvrez par-là qu’elle porte encore une charge dans votre sphère, vous pouvez apprécier cette découverte comme une vérité, la classer en tant que vieux schéma se présentant afin d’être relâché, et voir s’il n’est pas possible de choisir différemment.

 

Dans chaque situation de n’importe quel genre, vous choisissez comment vous répondez. Peu importe ce qu’il se passe d’autre, ce que vous ressentez dépend de ce sur quoi vous portez votre attention dans le moment présent, MAINTENANT. Et cela vous appartient. Vous pouvez toujours choisir de transcender toute situation, de vous élever « au-dessus » ou d’aller « au-delà » en déplaçant votre point focal vers autre chose, n’importe quoi, qui vous donne un sentiment de hauteur (vous élever au-dessus) ou d’avancement sur votre chemin (aller au-delà). Cela est encore une autre manière de concevoir « l’ascension ».

 

La pratique de la transcendance vous montrera que votre sérénité et votre joie sont totalement indépendantes des situations, des résultats, des préférences. Bientôt vous vous surprendrez à faire encore un pas... dans le centre (à la clarté cristalline) de qui vous êtes.

 

Ce n’est pas un lieu, même si des enseignements divers l’appellent la chambre secrète de votre cœur ou le calme absolu au centre de votre être. Lorsque vous atteignez ce point, vous n’avez plus besoin d’aucune pratique du tout, puisque le fait de revenir à votre centre de tranquillité et de compassion déplace automatiquement votre attention… et peu importe si autre chose est également là avec vous… vers la sérénité et la JOIE. Alors tout est perfection, toujours.

 

JE SUIS/nous sommes Metatron, Arcturus, Kayla, au service de Tout Ce Qui Est.

 

 

Copyright 2006. Tous droits réservés.